Habitats Sauvages

Exposition au Centre d'Art de Châteauvert jusqu'a 27 novembre 2022 

dans le cadre du Grand Arles Express

installation Habitats Sauvages credit photo Vincent Laïc.jpg
017MELANIE.jpg

Mélanie

09SACHA.jpg

Sacha

07LENA.jpg

Léna

08REMYETMAGDALENA.jpg

Magdalena et Rémy

015JEANCLAUDE.jpg

Jean - Claude

010PATRICIA.jpg

Patricia

012ERICETJESSICA.jpg

Eric et Jessica

04ILIANA.jpg

Iliana

01ALEXANDRE.jpg

Alexandre

06JEANPHILIPPE.jpg

Jean - Philippe

014MYRIAMETMICHEL.jpg

Myriam et Michel

02CATHERINE.jpg

Catherine

016SAMANTHAETPIERROT.jpg

Pierrot et Samantha

011ROXANNEETCYRIL.jpg

Roxanne, Cyril et Sohen

05FRANCOISEETFRANCOIS.jpg

François et Françoise

03CHRISTOPHEETTIO.jpg

Christophe et Tio

S’il n’en existe pas de définition consacrée, la notion d’habitats sauvages, choisie par l’artiste pour qualifier les lieux de vies des personnes qu’elle est allée rencontrer, permet à la fois d’embrasser la complexité de son approche et l’hétérogénéité des situations observées.

 

Par opposition à la notion de domestique, qui renvoie à l’idée de la maison conventionnelle, celle de sauvage témoigne d’une volonté de s’inscrire dans un mode d’habiter non-conventionnel, en marge ou en lisière de la société. Le sauvage, c’est ce qu’on ne connaît pas, ce qui n’a pas été domestiqué. Le sauvage fait peur pour ce qu’il s’écarte des standards sociétaux.

 

Pour les écologues, les habitats sauvages s’appliquent aux milieux naturels au sein desquels les animaux évoluent. Dans des espaces naturels, agricoles ou forestiers, ces habitants de mobilhome, caravanes, cabanes, yourte, et autres constructions démontables, que l’artiste nous présente, passent l’essentiel de leur temps à l’extérieur et ont en commun avec les animaux sauvages, la vie en plein-air, au plus près de la nature et des saisons. Avec leurs tailles modestes, leurs procédés auto-constructifs, et la sobriété qui les caractérise, leurs habitats ne sont pas sans rappeler les nids ou les terriers des animaux de la forêt.

 

A travers ses portraits de personnes qui vivent dans des habitats sauvages, Léna Durr s’appuie sur un travail ethnographique et documentaire pour déployer un récit intime et bienveillant, dans lequel elle donne à voir des parcours et des modes de vie, qui échappent aux règles établies, en décalage et en résistance face à des normes imposées, des territoires instables où les notions de richesse, de bonheur et de temps libre sont remises en question.

Alexandre Telliez-Moreni